<link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://delugio.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

«Une vingtaine» !

http://delugio.zeblog.com/

«Le ministère français de la Défense a estimé mardi 30 novembre 2004 à "une vingtaine" le nombre d’Ivoiriens tués par l’armée française»!

* * * * * * * * * * * * * * * *


Événements en Côte d'Ivoire. Essais de mise en perspective...

 DeLugio


Index



Suite...


Voir aussi :
"Une vingtaine" ! (environ)
"Une vingtaine" !... et quelques
"Une bourriche"
"Bis repetita"

Éléments d'histoire & autres considérations :
Une autre histoire...


* * * * * * * * * * * * * * * *

« Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur »


« Le mensonge se lève
très tôt mais la vérité
finit par le rattraper »


* * * * * * * * * * * * * * * *

Liens

Catégories

Blog

À consulter :

Billets

Pages

<h3>Calendrier</h3> <table class="calendrier"> <caption class="calendrier-mois"><span class="calendrier-prec"><a href="http://delugio.zeblog.com/2017/11">«</a></span>&nbsp;<a href="http://delugio.zeblog.com/2017/12">D&eacute;cembre&nbsp;2017</a></caption> <tr><th abbr="Lundi">Lun</th><th abbr="Mardi">Mar</th><th abbr="Mercredi">Mer</th><th abbr="Jeudi">Jeu</th><th abbr="Vendredi">Ven</th><th abbr="Samedi">Sam</th><th abbr="Dimanche">Dim</th></tr> <tr><td colspan="4">&nbsp;</td><td>1</td><td>2</td><td>3</td></tr> <tr><td>4</td><td>5</td><td>6</td><td>7</td><td>8</td><td>9</td><td>10</td></tr> <tr><td>11</td><td>12</td><td>13</td><td>14</td><td>15</td><td>16</td><td>17</td></tr> <tr><td>18</td><td>19</td><td>20</td><td>21</td><td>22</td><td>23</td><td>24</td></tr> <tr><td>25</td><td>26</td><td>27</td><td>28</td><td>29</td><td>30</td><td>31</td></tr> </table>

Rechercher

Rechercher dans tout 'Une vingtaine'

Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien
«Une vingtaine» !

Page précédente / Page suivante

<a name='e194428'></a>

«Changement à L'Élysée – Pourquoi Sarkozy ne fait pas peur à Gbagbo»

Par Delugio :: mardi 08 mai 2007 à 22:44 :: Articles de presse




Le Matin d'Abidjan — mardi 8 mai 2007 —
http://www.lematindabidjan.com/visual_article.php?num_actualite=7103


par Guillaume N'Guettia :

«
Euphorie débordante. L'élection de Sarkozy place le RHDP sur un nuage. Les partisans de Bédié et surtout ADO n'en finissent pas de jubiler. Une illusion collective fait croire que le nouveau locataire de l'Elysée va poursuivre et gagner la guerre engagée et perdue par Chirac contre Gbagbo. Et pourtant, que de signaux forts qui devraient pourtant ramener les pontes locaux de la Françafrique sur terre. Décryptage.

Le verdict est tombé. Nicolas Sarkozy succède à Jacques Chirac. Deux dignitaires de la droite française que beaucoup de choses lient. Ils sortent d'un système qui, en Afrique, privilégient les rapports personnels aux relations d'Etat à Etat. Mais au moment où le patron de l'UMP qui entend se démarquer de Chirac pose ses valises à l'Elysée, beaucoup d'eau a coulé sous le pont. La crise ivoirienne entretenue diplomatiquement par Paris a fait ses effets. Chirac est parti sur une symphonie inachevée, et bien des personnalités du marigot politique ivoirien voient en cette élection la poursuite de l'activisme de l'Elysée depuis septembre 2002. L'opposition n'en finit pas de jubiler, elle qui voit un nouveau jour se lever, après les déconvenues du président français sortant. L'illusion amplifiée à l'excès hier devrait être de courte durée. Car plusieurs signes sont perceptibles, qui prennent le contre-pied de l'euphorie du RHDP, et singulièrement du RDR. Premièrement, au moment où le président de l'UMP arrive au pouvoir, les réseaux Foccart sur lesquels s'appuie Chirac dans sa croisade contre Gbagbo, sont à la peine. La cellule africaine de l'Elysée dirigée par Michel de Bonnecorse a perdu de sa superbe. La crise ivoirienne lui vaut les plus sévères critiques. C'est d'ailleurs ce qui justifie la prochaine refonte ( ?) de cette structure, véritable charpente de la Françafrique. " Il y aura beaucoup d'innovations, de nouvelles impulsions, beaucoup de pragmatisme. Mais il y aura, je m'imagine, autour du président des conseillers qui seront chargés de relations avec les pays africains ", avait prévenu Michel Barnier, ancien chef de la diplomatie française et conseiller du candidat Sarkozy. Ainsi, les anciennes méthodes ont vécu. Encore que le nouvel élu a bien du pain sur la planche, au plan local. Contrairement à ce qu'estiment Ouattara, Bédié et leurs partisans, Sarkozy hérite d'un bilan qui n'est pas des plus reluisants. Il en est comptable et doit s'échiner à traduire en actes ses belles promesses. L'Afrique ne peut être une priorité immédiate, et certaines évolutions de la crise ivoirienne constituent déjà un frein à toutes velléités de reprise d'hostilité entre Paris et Abidjan. Un fait marquant : l'activisme du MEDEF pour regagner la Côte d'Ivoire. Michel Roussin, un proche de Sarkozy multiplie les déplacements au Palais d'Abidjan pour baliser la voie du retour des hommes d'affaires français partis en novembre 2004. Et pour bien d'observateurs, le cheval gagnant de l'UMP doit tenir compte de cette nouvelle donne. L'on susurre qu'entre deux plaidoyers pour le " come back " de ses mandants, Roussin se pose en interlocuteur de Sarkozy auprès de son désormais homologue ivoirien. Qui plus est, depuis les tueries de la force Licorne en novembre 2004, la classe politique française se montre plutôt regardante sur la crise ivoirienne. La présence de l'armée française en Afrique est plus que jamais contestée. En somme, et au grand dam du RHDP, Sarkozy n'a d'autre choix que d'entretenir des rapports conciliants avec le chef d'Etat de Côte d'Ivoire. Des voix autorisées en France, exigent d'ailleurs que la politique française sur le continent noir soit désormais inscrite dans la diplomatie mondiale de l'Elysée. De deux, le concepteur de ''l'immigration choisie'' a déjà maille à partir avec certaines populations africaines. S'il revendique l'amitié d'ATT par exemple, les émigrés maliens n'assimilent pas moins Sarko à un bourreau. D'autres pays guettent ses premiers pas en Afrique subsaharienne. Autant de faits dont l'adversaire de Segolène Royal peut difficilement se départir pour reprendre de sitôt le flambeau de la lutte anti Gbagbo. Ceci dit, personne n'est dupe. Laurent Gbagbo sait que les systèmes ont la peau dure. Les belles intentions affichées par l'équipe de l'UMP pourraient s'avérer, en grande partie, être des propos de campagne. Sarkozy, fait-on volontiers remarquer, est trop impliqué dans les réseaux françafricains qu'il fustige à l'occasion, pour faire bien. Et surtout marquer sa rupture avec son prédécesseur. Mais il ne cache pas ses accointances avec des locataires de Palais africains englués dans des casseroles. Bongo et Sassou entre autres font partie de son cercle. Il en va de même pour Alassane Ouattara dont il fut le témoin de mariage. De quoi expliquer amplement les nuages sur lesquels voguent en ce moment le RDR et le RHDP. " C'est une victoire méritée ", salue ADO au lendemain du succès de Sarkozy." Le porte-parole du RDR va plus loin. " Nous nous réjouissons de la victoire de M. Sarkozy, que M Ouattara connaît bien et avec lequel il entretient des relations amicales anciennes ", précise Aly Coulibaly, le porte-voix des Républicains ivoiriens. Le PDCI qui se soustrait quelque peu de l'enthousiasme débordant de son allié, se veut plutôt mesuré. " Nous saluons la belle victoire de la démocratie donnée par les Français. (…) Je ne pense pas que cela va fondamentalement changer les relations entre nos deux pays, même s'il y aura nécessairement une remise à jour pour les améliorer ", déclare Djédjé Mady. Cette euphorie collective donne du grain à moudre à ceux qui déplorent la propension des houphouëtistes à ne compter que sur l'extérieur pour parvenir au pouvoir. Pour les adversaires de Bédié et ADO, la grande joie exprimée dimanche soir les disqualifie et fait d'eux à jamais, les bras séculiers du système mafieux de la droite française. L'absence d'un programme de gouvernement à proposer aux électeurs, conclut une certaine opinion, conduit le RHDP dans les bras de parrains occidentaux. Mais tous à leur jubilation, les houphouëtistes occultent une certaine réalité. Des sources rappellent ainsi volontiers que, tout comme Chirac, Sarkozy est au fait des sondages commandités par Paris et qui donnent invariablement Gbagbo gagnant à la prochaine présidentielle. Il ne peut donc raisonnablement pas guerroyer contre celui avec qui il doit compter, dans les relations franco ivoiriennes, durant son quinquennat. Ce d'autant que, c'est connu, ''les Etats n'ont pas d'amis, mais des intérêts''. Mais par-dessus tout, la sérénité qui prévaut dans le camp de Gbagbo, tient du changement de contexte au plan international. Il est bien loin, septembre 2002. Au moment où Chirac et ses réseaux s'adonnaient à la manipulation pour adouber l'ONU, au détriment de Gbagbo. Linas Marcoussis, Kléber et des résolutions du conseil de sécurité sont de fraîche mémoire. Le retournement de situation intervenu lors du vote de la 1721 a fait dire à plus d'un que Chirac a perdu sa guerre contre le président ivoirien. La Russie, les Etats-Unis, la Chine et d'autres membres de l'instance onusienne ne s'en sont pas laissés conter, lorsque l'Elysée a tenté de mettre la Côte d'Ivoire sous tutelle, en supprimant sa Constitution. A ces pays, s'ajoute depuis quelques temps l'Afrique du Sud de Thabo Mbeki qui siège au conseil de sécurité. En clair, l'organisation internationale n'est plus l'apanage de Paris. Et le départ à la retraite de Kofi Annan n'arrange pas les affaires de Sarkozy. La France est affaiblie diplomatiquement et au sein de l'Union européenne, elle a des efforts à fournir. Sarkozy va donc s'atteler à recoller les morceaux à Bruxelles. En attendant, le processus de sortie de crise fait son chemin. Là-dessus, ici comme à Paris, l'on s'accorde à reconnaître que le dialogue direct initié par Gbagbo consacre l'échec de Chirac en Côte d'Ivoire. Le chef de l'Etat ivoirien a désormais toutes les cartes en main. L'accord de Ouaga confine dorénavant Paris dans un rôle de spectateur du règlement de la crise. Cela d'autant que ces arrangements politiques sont salués et endossés par l'ONU. Aussi, des observateurs se demandent-ils, par quel tour de passe- passe Sarkozy peut revenir en première ligne en brouillant le jeu politique à Abidjan et se mettre à dos la communauté international ? Une interrogation qui devrait ramener ADO et le RHDP sur terre.»




<h2 style="margin-top:10px;">Trackbacks</h2> <div id="trackbacks"> Pour faire un trackback sur ce billet : http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=194428</div> <h2>Commentaires</h2> <div id="commentaires"> Aucun commentaire pour le moment. </div> <h2>Ajouter un commentaire</h2> <div id="commentaires"> <form action="http://delugio.zeblog.com/blog/post_comment.php" method="POST" name="info"> Nom ou pseudo :<br /> <input type="text" name="nickname" value=""><br /><br /> Email (facultatif) :<br /> <input type="text" name="mail" value=""><br /><br /> Site Web (facultatif) :<br /> <input type="text" name="site" value="http://"><br /><br /> Commentaire :<br /> <textarea rows="7" cols="35" name="contents"></textarea><br /><br /> <script type="text/javascript" src="http://www.google.com/recaptcha/api/challenge?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9"></script> <noscript> <iframe src="http://www.google.com/recaptcha/api/noscript?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9" height="300" width="500" frameborder="0"></iframe><br/> <textarea name="recaptcha_challenge_field" rows="3" cols="40"></textarea> <input type="hidden" name="recaptcha_response_field" value="manual_challenge"/> </noscript> <input type='submit' class='button' value='Envoyer'>&nbsp; <input type='hidden' name='task' value='dopost'> <input type='hidden' name='u' value='delugio'> <input type='hidden' name='e_id' value='194428'> <input type='hidden' name='titre' value='«Changement à L&#39;Élysée – Pourquoi Sarkozy ne fait pas peur à Gbagbo» '> <input type='hidden' name='IP' value='54.221.73.186'> <input type='hidden' name='temps_secs' value='D/*;%48.K' /> </form> </div>
Copyright © «Une vingtaine» ! - Blog créé avec ZeBlog