<link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://delugio.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

«Une vingtaine» !

http://delugio.zeblog.com/

«Le ministère français de la Défense a estimé mardi 30 novembre 2004 à "une vingtaine" le nombre d’Ivoiriens tués par l’armée française»!

* * * * * * * * * * * * * * * *


Événements en Côte d'Ivoire. Essais de mise en perspective...

 DeLugio


Index



Suite...


Voir aussi :
"Une vingtaine" ! (environ)
"Une vingtaine" !... et quelques
"Une bourriche"
"Bis repetita"

Éléments d'histoire & autres considérations :
Une autre histoire...


* * * * * * * * * * * * * * * *

« Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur »


« Le mensonge se lève
très tôt mais la vérité
finit par le rattraper »


* * * * * * * * * * * * * * * *

Liens

Catégories

Blog

À consulter :

Billets

Pages

<h3>Calendrier</h3> <table class="calendrier"> <caption class="calendrier-mois"><span class="calendrier-prec"><a href="http://delugio.zeblog.com/2007/9">«</a></span>&nbsp;<a href="http://delugio.zeblog.com/2007/10">Octobre&nbsp;2007</a>&nbsp;<span class="calendrier-suiv"><a href="http://delugio.zeblog.com/2007/11">»</a></span></caption> <tr><th abbr="Lundi">Lun</th><th abbr="Mardi">Mar</th><th abbr="Mercredi">Mer</th><th abbr="Jeudi">Jeu</th><th abbr="Vendredi">Ven</th><th abbr="Samedi">Sam</th><th abbr="Dimanche">Dim</th></tr> <tr><td>1</td><td class="lien-jour"><a href="http://delugio.zeblog.com/2007/10/2">2</a></td><td>3</td><td>4</td><td>5</td><td>6</td><td>7</td></tr> <tr><td>8</td><td>9</td><td>10</td><td>11</td><td>12</td><td>13</td><td>14</td></tr> <tr><td>15</td><td>16</td><td>17</td><td>18</td><td class="lien-jour"><a href="http://delugio.zeblog.com/2007/10/19">19</a></td><td>20</td><td>21</td></tr> <tr><td class="lien-jour"><a href="http://delugio.zeblog.com/2007/10/22">22</a></td><td>23</td><td>24</td><td>25</td><td>26</td><td class="lien-jour"><a href="http://delugio.zeblog.com/2007/10/27">27</a></td><td>28</td></tr> <tr><td class="lien-jour"><a href="http://delugio.zeblog.com/2007/10/29">29</a></td><td>30</td><td>31</td><td colspan="4">&nbsp;</td></tr> </table>

Rechercher

Rechercher dans tout 'Une vingtaine'

Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien
«Une vingtaine» !

Page précédente / Page suivante

<a name='e265902'></a>

Immigration — La Côte d’Ivoire, la France

Par Delugio :: lundi 29 octobre 2007 à 9:10 :: Articles de presse




Côte d’Ivoire :

« Carte de séjour : Gbagbo propose sa suppression »

Cf. aussi l'article d'Edgar Yapo : "
Gbagbo met fin à la carte Ouattara"

Fraternité Matin — lundi 29 octobre 2007
http://news.abidjan.net/article/?n=270195  

par
Pascal Soro :

« 
Le Président Laurent Gbagbo a communié, hier, au Complexe sportif de Yopougon, avec la communauté burkinabé vivant en Côte d’Ivoire.

Les craintes que j’avais depuis 1990 (année de l’instauration de la carte de séjour. Ndlr), ces craintes-là se sont avérées justes. A savoir que la carte de séjour ne nous met pas assez d’argent dans les caisses de l’Etat et deuxièmement, elle induit des fraudes sur l’identité ivoirienne. Alors, il faut faire quelque chose. Moi, je propose la suppression pure et simple de la carte de séjour. Je propose et je proposerai très très bientôt la suppression pure et simple de la carte de séjour». Par cette déclaration qu’il a faite hier au Complexe sportif de Yopougon, le Président Laurent Gbagbo a accédé à la seule et unique doléance que lui a présentée la communauté burkinabé vivant en Côte d’ivoire: la suppression de la carte de séjour. On comprend donc que cette annonce du Chef de l’Etat ait été accueillie par un véritable tonnerre d’applaudissements et de cris de joie dans ce stade qui a refusé du monde. De fait, devant plusieurs milliers de Burkinabé, le Président de la République a rappelé que la carte de séjour a été instaurée en Côte d’Ivoire en 1990 par une proposition de loi faite par Alassane Dramane Ouattara, alors premier ministre. Une proposition à laquelle, a-t-il souligné, son parti, le FPI, s’était opposé.
Certes, avec son élection en 2000, a-t-il expliqué, il a réduit les frais de cette pièce de moitié (elle était vendue à 15 000 francs par an et par personne depuis son instauration). Mais il n’en demeure pas moins qu’elle est «toujours nocive et dangereuse», a-t-il fait remarquer. «L’essentiel, ce n’est pas de faire payer les gens, mais c’est de savoir qu’untel est en Côte d’Ivoire, qu’il habite à tel endroit et que s’il est coupable d’un délit, on peut le retrouver. Ce ne sont pas les tracasseries. La carte de séjour induit des tracasseries policières et administratives. Ça ne met pas l’argent dans les caisses de l’Etat. Ça induit qu’on fabrique surtout de fausses pièces d’identité. Il faut mettre fin à ça ; et je vais me battre pour que très bientôt, la carte de séjour soit supprimée, purement et simplement», a répété Laurent Gbagbo, particulièrement ovationné. En tout état de cause, pour lui, «Il n’est pas normal que des Ivoiriens et des Burkinabè se battent à cause de la carte de séjour qui ne leur apporte rien et qui ne nous apporte rien. Ça ne nous apporte rien». Pour autant, le Chef de l’Etat ne promet pas aux étrangers qu’ils vivront en Côte d’Ivoire sans aucune pièce d’identité. Mais il préconise que chacun ait la carte d’identité de son pays d’origine. «Ayez un papier, leur a-t-il recommandé. Que ce papier-là soit ivoirien, ou qu’il soit burkinabé, guinéen, malien, ghanéen, libérien, ayez un papier. On ne va plus vous fatiguer avec les cartes de séjour. Je vais veiller à ce que cela soit supprimé». La suppression de la carte de séjour aux yeux du numéro ivoirien, restaure l’image de la Côte d’Ivoire qui est un pays d’immigration. «Quand on est un pays d’immigration, on prend des mesures équitables et non pas des mesures qui vous créent des problèmes», a-t-il soutenu. […] »


Pendant ce temps, le même jour, en France :


Libération — lundi 29 octobre 2007 —
http://www.liberation.fr/actualite/societe/287977.FR.php

« […] Des dispositions de plus en plus restrictives imposées dans le cadre de la loi sur l’immigration de Brice Hortefeux, parmi lesquelles les tests ADN pour le regroupement familial. L’enjeu : développer une politique d’immigration choisie et non d’immigration subie, selon les termes de Nicolas Sarkozy, politique qui est supposée déboucher sur une meilleure maîtrise des flux migratoires. »


Ivoirité ? Francité ?… Sans commentaire !




<a href="http://delugio.zeblog.com/265902-immigration-la-cote-d-ivoire-la-france/">aucun commentaire</a> :: <a href="http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=265902">aucun trackback</a>

Un quatrain de Baudelaire - Au lecteur

Par Delugio :: samedi 27 octobre 2007 à 17:43 :: Général





« Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches ;
Nous nous faisons payer grassement nos aveux,
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches. »

Charles Baudelaire (1821-1867)
Les fleurs du mal, « Au lecteur ».






<a href="http://delugio.zeblog.com/265358-un-quatrain-de-baudelaire-au-lecteur/">aucun commentaire</a> :: <a href="http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=265358">aucun trackback</a>

Crise franco-ivoirienne : vers un bilan ?

Par Delugio :: lundi 22 octobre 2007 à 11:24 :: Analyses & commentaires




Une chose est certaine : au cours de la crise franco ivoirine de ces huit dernières années, et plus particulièrement de ces cinq dernières années, un tournant a eu lieu. Des choses ont été dévoilées concernant accords secrets de défense à usage variable, accords sur les ressources stratégiques, réalités de la Françafrique…

Ce sera là vraisemblable une part de l’héritage Gbagbo.

La façon dont se consolide cet acquis peut — à juste titre — sembler frustrante :

— un accord de Ouagadougou qui remet Compaoré en piste ; qui entérine la rébellion — qui du coup traîne un peu plus les pieds pour désarmer : le bénéfice financier, pour les petits chefs, du règne de la kalachnikov n’est pas douteux. Et le ras-le-bol que cela entraîne ne l’est pas non plus (cf. aujourd’hui l’escarmouche de Bouna).

— La persistance de la corruption que la refondation devait éradiquer — mais que l’économie de guerre a, forcément, remise en selle.

— Le retour des grands groupes de la Françafrique — et pas d’eux seuls à l’heure d’une mondialisation que la refondation n’a fait que vouloir prendre en compte.

C’était là sans doute le prix de la consolidation de l’acquis incontestable : le passage à une indépendance économique nécessitait en premier lieu — ce qui a eu lieu — la mise à jour des réalités cachées de la Françafrique, accompagnée de la mise en question des réalités bien visibles — comme le Fcfa.

La mise en œuvre des conséquences de ce tournant prendra sans doute encore du temps. Les élections montreront si l’occasion est donnée de poursuivre la refondation avec passage aux réformes sociales restées en rade pour cause de putsch transformé en rébellion ; ou si un retour des caciques de l’ancien régime hypothèque symboliquement les acquis de ces cinq ans de crise.

Quelque chose a eu lieu de toute façon, de l’ordre, au minimum, de la rupture symbolique d’avec l’ancien ordre des choses. Les relations de la Côte d’Ivoire, et de l’Afrique, avec la France et le reste du monde ont connu de toute façon un tournant-symbole, pour une nouvelle étape. Reste à continuer d’agir pour que cela ait été pour le mieux de chacun…





<a href="http://delugio.zeblog.com/263577-crise-franco-ivoirienne-vers-un-bilan/">aucun commentaire</a> :: <a href="http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=263577">aucun trackback</a>

« Enquêtes, résultats, procès »

Par Delugio :: vendredi 19 octobre 2007 à 14:57 :: Articles de presse




Au moment où France 3 annonce une nouvelle arrestation de Tony Oulaï, au moment où le serpent de mer de la déclassification des documents concernant le présumé bombardement de Bouaké refait surface (cf. l'analyse du Courrier d'Abidjan : http://news.abidjan.net/article/?n=269167) …

Éléments de l’interview de L. Gbagbo sur la RTI :


Notre Voie — vendredi 19 octobre 2007 —
http://news.abidjan.net/article/?n=269158 :

« Enquêtes, résultats, procès »

par
Abdoulaye Villard Sanogo :


« 
C’était comme une révélation de taille mercredi soir, sur les antennes de la RTI. Pourtant, elle ne devrait pas l’être. Lorsque, parlant des affaires qui ont secoué la République, Laurent Gbagbo a dit aux confrères, qu’une enquête a chaque fois été diligentée qui s’est soldée par un procès. Les confrères, hébétés, n’ont pu pousser le chef de l’Etat dans ses derniers retranchements pour qu’il leur dise dans le détail, les enquêtes dont il parle et les procès qui s’en sont suivis. Mais comme nous sommes tous dans ce pays et que nous avons encore la mémoire, nous avons fait un tour dans nos archives et nous avons vu que Laurent Gbagbo a dit vrai. “Depuis que je suis président de la République, toutes les enquêtes se sont terminées par des procès”, a-t-il répondu aux confrères avant d’ajouter : “Il y en a un seul pour lequel la communauté internationale nous a demandé de prendre une loi d’amnistie”. Il s’agit, pensons-nous, du procès de ceux qui ont attaqué la Côte d’Ivoire le 19 septembre 2002. Les autres ? Prenons-les pèle- mêle. D’abord le charnier de Yopougon. L’enquête menée par le procureur militaire a abouti à un procès des gendarmes de l’escadron d’Abobo. Ceux-ci ayant nié avoir tué des Ivoiriens et déversé leurs corps près de la prison civile de Yopougon, on a dû avoir eu recours à l’autopsie des corps. C’est celle-ci qui a éclairé l’opinion. Parmi les 57 personnes retrouvées entassées les unes sur les autres, certaines ont été tués à l’arme blanche et d’autres sont mortes par noyade. Un élément important qui a emmené les juges à relaxer les coupables. Ensuite, l’affaire Jean Hélène, du nom du correspondant de RFI tué à bout portant par un policier devant la direction générale de la Police au Plateau. Là aussi, le procureur militaire a mené son enquête et un procès a été ouvert. Le coupable, un certain Séri, a été condamné à une peine très lourde d’emprisonnement. C’est pareil pour les attaques d’Agboville, de Zuénoula et des camps d’Akouédo. Les enquêtes faites se sont soldées par des procès que toute la Côte d’Ivoire et le monde entier ont suivis. Les coupables ont été condamnés comme il se doit même si certains se sont retrouvés dehors plus tard à la faveur de la loi d’amnistie. Quant aux tueries de Guitrozon et Petit Duékoué, les prévenus ont été jugés à Daloa et les coupables condamnés et écroués à la Maison d’arrêt et de correction de Daloa (Macda).
Quand on a toutes ces enquêtes, tous ces procès et toutes ces condamnations, on ne peut raisonnablement pas avancer qu’en Côte d’Ivoire, les enquêtes n’aboutissent pas. Le problème est qu’une classe d’individus qui en veut terriblement à une autre classe tient absolument à ce que celle-ci soit condamnée même si elle n’a pas tort. De sorte que, quand au bout d’un procès, ses vœux ne sont pas satisfaits, elle pense et répand dans la presse qu’ici, les enquêtes n’aboutissent pas. Et pourtant Laurent Gbagbo leur a toujours dit : “Je ne prends aucune décision qui peut nuire à des citoyens tant que je n’ai pas un minimum de conviction personnelle (…) Je pense qu’il est injuste de jeter quelqu’un à la vindicte tant qu’on n’a pas un élément nouveau d’encrage pour justifier notre acte”.
Avec ces quelques cas, ceux qui, un moment, ont mis leur mémoire dans un sac, vont se réveiller. »





<a href="http://delugio.zeblog.com/262729-enquetes-resultats-proces/">aucun commentaire</a> :: <a href="http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=262729">aucun trackback</a>

Gbagbo: 'La guerre a fait de la Côte d'Ivoire une Nation'

Par Delugio :: mardi 02 octobre 2007 à 8:59 :: Articles de presse




Le Courrier d'Abidjan
No: 1125 du Lundi 1 Octobre 2007 —
http://www.lecourrierdabidjan.info/a_la_une.asp?id=16316

par Didier Koré :

« Invité à prendre part à une messe d’action de grâce initiée par l’Association des épouses des militaires de Côte d’Ivoire (AEMCI) hier au Palais de la Culture d’Abidjan, Laurent Gbagbo a livré un message porteur pour la Côte d’Ivoire et digne d’un homme de Dieu. Avec les épouses des Forces armées de Côte d’Ivoire qui ont effectué en grand nombre le déplacement, le président de la République a bien voulu partager certaines réflexions. Pour lui donc, «la notion de peuple est en train de disparaître pour laisser la place à une Nation. Et c’est à la faveur de la crise que nous avons vécue que s’est faite, sous nos yeux, cette mutation». Il en veut pour preuve la forte mobilisation de toutes les couches socioprofessionnelles, des religieux et même des partis politiques lorsque la Côte d’Ivoire a été attaquée. Toujours selon le président de la République, sa participation à la 62ème Assemblée générale de l’ONU lui a fait découvrir beaucoup de choses. «Il y a 5 à 6 mois auparavant que certains chefs d’Etat africains n’auraient jamais parlé comme ils l’ont fait sur la Côte d’Ivoire. Et nous croyons que cela marque une rupture». Aussi a-t-il voulu faire remarquer que cette crise dépasse les frontières de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique toute entière. Ce qui, selon lui, a emmené les uns et les autres à reconsidérer leurs positions. «Le moment est venu pour mettre fin à la pagaille. Le moment est aussi venu pour que la tempête tombe et que le fleuve retrouve son lit», a-t-il ajouté dans un tonnerre d’applaudissements. En fervent croyant, le chef de l’Etat a aussi indiqué qu’il est prêt à faire face à tout ce qui peut lui arriver si c’est la volonté de Dieu. Dans une liesse populaire, le président Gbagbo a invité les uns et les autres à avoir foi en Dieu et en la Côte d’Ivoire. Car, dira-t-il pour conclure, «La Côte d’Ivoire ne peut pas tomber comme cela».
Au nom des épouses des militaires de Côte d’Ivoire, Mme Gbla, la présidente de l’association s’est dit heureuse de marquer un arrêt pour remercier le Seigneur qui n’a pas permis que notre pays sombre dans le chaos. »





<a href="http://delugio.zeblog.com/256317-gbagbo-39-la-guerre-a-fait-de-la-cote-d-39-ivoire-une-nation-39/">aucun commentaire</a> :: <a href="http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=256317">aucun trackback</a>
Page précédente / Page suivante

</div> </td> </tr> <tr> <td colspan="2" id="pied">Copyright © <a href="http://delugio.zeblog.com/"> «Une vingtaine» !</a> - Blog créé avec <a target="_blank" href="http://www.zeblog.com">ZeBlog</a> </td> </tr> </table> </div> <script type="text/javascript"> var gaJsHost = (("https:" == document.location.protocol) ? "https://ssl." : "http://www."); document.write(unescape("%3Cscript src='" + gaJsHost + "google-analytics.com/ga.js' type='text/javascript'%3E%3C/script%3E")); </script> <script type="text/javascript"> try { var pageTracker = _gat._getTracker("UA-12959590-2"); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}</script> </BODY> </HTML>