<link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://delugio.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

«Une vingtaine» !

http://delugio.zeblog.com/

«Le ministère français de la Défense a estimé mardi 30 novembre 2004 à "une vingtaine" le nombre d’Ivoiriens tués par l’armée française»!

* * * * * * * * * * * * * * * *


Événements en Côte d'Ivoire. Essais de mise en perspective...

 DeLugio


Index



Suite...


Voir aussi :
"Une vingtaine" ! (environ)
"Une vingtaine" !... et quelques
"Une bourriche"
"Bis repetita"

Éléments d'histoire & autres considérations :
Une autre histoire...


* * * * * * * * * * * * * * * *

« Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur »


« Le mensonge se lève
très tôt mais la vérité
finit par le rattraper »


* * * * * * * * * * * * * * * *

Liens

Catégories

Blog

À consulter :

Billets

Pages

<h3>Calendrier</h3> <table class="calendrier"> <caption class="calendrier-mois"><span class="calendrier-prec"><a href="http://delugio.zeblog.com/2017/5">«</a></span>&nbsp;<a href="http://delugio.zeblog.com/2017/6">Juin&nbsp;2017</a></caption> <tr><th abbr="Lundi">Lun</th><th abbr="Mardi">Mar</th><th abbr="Mercredi">Mer</th><th abbr="Jeudi">Jeu</th><th abbr="Vendredi">Ven</th><th abbr="Samedi">Sam</th><th abbr="Dimanche">Dim</th></tr> <tr><td colspan="3">&nbsp;</td><td>1</td><td>2</td><td>3</td><td>4</td></tr> <tr><td>5</td><td>6</td><td>7</td><td>8</td><td>9</td><td>10</td><td>11</td></tr> <tr><td>12</td><td>13</td><td>14</td><td>15</td><td>16</td><td>17</td><td>18</td></tr> <tr><td>19</td><td>20</td><td>21</td><td>22</td><td>23</td><td>24</td><td>25</td></tr> <tr><td>26</td><td>27</td><td>28</td><td>29</td><td>30</td><td colspan="2">&nbsp;</td></tr> </table>

Rechercher

Rechercher dans tout 'Une vingtaine'

Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien
«Une vingtaine» !

Page précédente / Page suivante

<a name='e249751'></a>

La crise au ‘Courrier d’Abidjan’ et les attaques contre Mamadou Koulibaly

Par Delugio :: dimanche 16 septembre 2007 à 12:17 :: Analyses & commentaires




… À la lecture de la presse ivoirienne.

Voilà quelques semaines que Mamadou Koulibaly est la cible d’attaques incessantes de la presse d’opposition. On tente ouvertement de l’opposer à Gbagbo et au FPI. Son démenti télévisé semblait avoir mis fin à toutes les rumeurs. Et voilà que les attaques rebondissent à l’occasion de tensions au Courrier d’Abidjan.

Nul besoin d’être grand clerc pour savoir pourquoi Mamadou Koulibaly est attaqué : ses campagnes récentes ont amené au FPI une part importante de la base du RDR et déjà une partie du PDCI.

Nul besoin non plus d’être grand clerc pour saisir ce qu’on veut utiliser pour le déstabiliser : on sait que l’opposition RHDP ne s’est pas réjouie outre mesure de l’accord de Ouagadougou, qui l’a concrètement écartée de l’initiative du processus de paix.

En outre, on sait bien aussi, au moins depuis Marcoussis, que Mamadou Koulibaly représente la ligne de la fermeté. L’accord de Ouagadougou, même s’il y a adhéré, n’est donc pas fait pour l’enthousiasmer non plus, pour de tout autres raisons. Là, le réalisme politique de Gbagbo se révèle dans toute son efficacité, mais aussi dans tout son… réalisme, avec ce que cela a de positif et ce que cela peut comporter… d’arrière-goût d’ambiguïté : un tel accord suppose des compromis, naturellement. En positif cet accord apporte — quantité non négligeable pour les populations — la paix militaire. D’où la joie de plusieurs dans le camp patriotique, et les expressions de joie, qui n’ont rien de méprisable en regard des souffrances du peuple, nonobstant l’amertume due aux compromis inévitables. Mamadou Koulibaly étant l’homme du non-compromis, depuis Marcoussis, est nécessairement perçu comme étant parmi ceux que l’accord n’a pas enthousiasmé !

Voilà donc tout trouvé un angle d’attaque contre celui qu’il faut abattre et séparer de Gbagbo, sachant de plus que ce tandem fermeté-réalisme est une des clefs de l’efficacité et de la réussite du combat patriotique, du combat de la deuxième indépendance : Mamadou Koulibaly l’a très bien expliqué récemment : l’indépendance politique remontant au temps d’Houphouët s’est assise — déjà le réalisme — sur des compromis qui ont débouché ensuite sur un net recul de l’indépendance économique (notamment avec les « privatisations » au temps de la primature Ouattara).

Les volontés de déstabilisation du tandem Gbagbo-Koulibaly viennent d’être mises en échec par les démentis clairs et fermes de Mamadou Koulibaly et par la reprise de ses efficaces campagnes d’explication de la politique du pouvoir (à Aboisso)…

Voilà alors qu’on invente une nouvelle rumeur, mettant en place un nouvel angle d’attaque : une « lettre secrète au vitriol » que Mamadou Koulibaly aurait produite.

Cette « lettre », un article qui n’est évidemment pas de Mamadou Koulibaly, n’est secrète pour personne qui surfe sur Internet : il s’agit d’un article de Mahalia Nteby qui circule sur la toile depuis plusieurs semaines. Mahalia Nteby tient un blog depuis plusieurs mois. Personne n’a jamais imaginé jusque là qu’elle pourrait être Mamadou Koulibaly !

Mahalia Nteby, qui publie aussi régulièrement ses articles dans Le Courrier d’Abidjan, n’a pas caché en son temps sa déception face à l’accord de Ouagadougou. Elle a été alors en quelque sorte porte-voix, sur le net, de ceux qui souhaitaient dire leur amertume — amertume qu’il faut pourtant bien dépasser à un moment ou à un autre, même si on a là « une paix déroutante », comme je l’ai alors qualifiée sur ce blog et sur Ivoire Forum. Déroutante certes, mais qui témoigne par là-même de la finesse politique de Gbagbo — la politique étant l’art de composer avec le réel.

Pour revenir à l’actualité immédiate, le récent article de Mahalia Nteby,
« Naufrage d’une nation », qui est devenu pomme de discorde, est une interpellation très dure à l’égard du Président de la République. Une mise en garde d’une sévérité extrême — à mon sens excessive — contre le risque d’assoupissement de la refondation, contre le risque de la voir engloutie à son tour dans la corruption de l’ancien régime.

Interpellation trop vigoureuse à mon sens, d’une vigueur de ton qui peut donner l’impression que pour Mahalia Nteby tout est perdu, que Gabgbo aurait déjà baissé les bras.

Jamais toutefois l’article ne cautionne l’opposition. L’article au contraire vise à une rigueur redoublée contre l’opposition.

Cela sur un ton trop dur, donc, à mon sens, ce pourquoi, n’ayant moi-même à aucun moment jugé utile de le reproduire sur mon blog, je comprends tout à fait que Théophile Kouamouo, dans le cadre de sa responsabilité de rédacteur en chef, n’ait pas jugé opportun de le publier dans Le Courrier d’Abidjan. Cela malgré ce qu’aurait souhaité Sylvestre Konin, qui pour sa part, a déjà adressé lui aussi de vives interpellations au Président Gbagbo (notamment dans son article « Et pourtant ils ont gagné la guerre », appel très vif à ne pas frustrer les soldats quand les rebelles semblent tirer les marrons du feu — article sévère, mais bien moins que celui de Mahalia Nteby). Autant d’interpellations qui témoignent néanmoins d’une bonne santé de la liberté de la presse en Côte d’Ivoire.

Cela dit, des interpellations trop vives me paraissent advenir bien prématurément, dans un pays où la paix est encore fragile. En un mot inopportunes, en tout cas pour l’heure, surtout quand elles sont si vigoureuses. Ce que Théophile Kouamouo a très bien senti en refusant cette publication. Dans un pays qui ne sort pas d’une guerre, comme la France, on ne trouverait pas, même dans la presse d’opposition, d’interpellation aussi sèche contre Nicolas Sarkozy !

Les choses en seraient restées là (tensions, voire crise au Courrier), si jouant sur le fait que le nom de Mahalia Nteby est un pseudo, la presse d’opposition ne s’était pas saisie de l’article, qui circule sur le net, pour en extraire, hors contexte, les passages les plus durs, en les attribuant à Mamadou Koulibaly, qui n’en est évidemment pas l’auteur !
(Note du 18.09 : Une précision à ce point, publiée dans l'article de Sylvestre Konin du Courrier de ce jour : la version donnée par Le Patriote venait du Courrier, le 'chapeau' intitulé "le blues de la résistance" étant de Sylvestre Konin. Le rôle de la presse d'opposition à ce point est donc second : l'article ayant été, sous cette forme, dit-il, communiqué au Patriote et non simplement repris depuis Internet.)

Dès lors pour le grand public qui ne suit pas le blog de Mahalia Nteby ni Agoravox où elle a publié son article, se posaient deux questions : Mamadou Koulibaly serait-il Mahalia Nteby comme on nous l’assène, et si il ne l’est pas, qui est derrière ce nom ?

Mamadou Koulibaly a évidemment démenti une rumeur aussi insensée ! Tandis que paraît une interview téléphonique de l’auteur de l’article, interview utilisée de façon malveillante : alors qu’elle ne veut tout simplement pas dévoiler son pseudo — ce qui est naturel, d'autant plus qu'on lui demande si elle a signé l'article... intitulé
« le blues de la résistance », selon ce nouveau titre sous lequel il a été présenté —, l'interviewer suggère dans un syllogisme parfaitement inconsistant, que l’auteur… serait bien Mamadou Koulibaly !

Si l’on comprend que le grand public, celui qui ne va pas forcément sur Internet, risque de prêter l’oreille à cette rumeur qui enfle, quoique risible pour quiconque est un peu informé, on comprend aussi qu’il pouvait être perçu comme raisonnable, pour stopper la rumeur contre Mamadou Koulibaly, de « dévoiler » le pseudo, comme cela est attribué à Théophile Kouamouo. D’autant plus que ce pseudo semble n’avoir pas été tout à fait secret, étant un anagramme. Dévoilement qui va devenir à son tour l’occasion d’envenimer un peu plus la situation !…

Entre temps, il n’est pas jusqu’à Mamadou Koulibaly lui-même, qui agacé, semble s’être interrogé autour de cela, et même sur le rôle de Théophile Kouamouo, tandis que la presse d’opposition mettait en cause son ex-associé.

Rappelons quoiqu'il en soit que l'article de Mahalia Nteby,
« Naufrage d’une nation » circulait sur Internet et qu'il était depuis plusieurs semaines connu du monde entier ! (Note du 18.09 : cf. cependant note supra renvoyant à l'article de Sylvestre Konin.)

Bref on a mis de l’huile sur le feu d’une dispute qui, objectivement — au-delà des tensions personnelles somme toute normales au sein d’une rédaction —, tournait uniquement autour de l’opportunité de publier ou de ne pas publier l’article de Mahalia Nteby — ; une dispute attisée dans le but explicite de déstabiliser Mamadou Koulibaly et de le mettre en opposition à Gabgbo ! (
Note du 18.09 : à moins, en regard de l'article de Sylvestre Konin, que la dissension autour de l'article ne soit le moment d'éclatement d'une crise qui couvait - ce qui nuancerait fortement le rôle jusque là apparent de la presse d'opposition - cf. ci-dessous -, usant alors simplement de l'opportunité offerte. Où serait soulignée la fragilité du facteur humain jusqu'au coeur des combats les plus sérieux...)

Et au passage, à partir d’une querelle interne, comme il y en a au quotidien dans les rédactions tout comme dans n’importe quelle entreprise, on a introduit un germe de division au sein de la presse patriotique. À preuve : Théophile Kouamouo refusant les attaques contre Mamadou Koulibaly auxquelles le poussent les rumeurs, est devenu à son tour cible des attaques de la même presse d’opposition ! (Note du 18.09 : à moins que... cf. ce que dit Sylvestre Konin...)

Chapeau !... : en tout cela, la manœuvre était habile !
(Note du 18.09 : à moins que comme l'écrit Sylvestre Konin, il n'y ait eu qu'à cueillir cela...)

Il serait temps de le reconnaître et de mettre de côté les questions de personnes — bien humaines — et les blessures personnelles subies par les uns et les autres, et de poursuivre ensemble
(note du 18.09 : mais sera-ce désormais possible comme avant ?) ce qui a été entrepris pour le bien non seulement de la Côte d’Ivoire, mais de l’Afrique — et même au-delà, y compris la part informée de la France qui refuse de voir son pays dans les eaux troubles de la Françafrique — ; il s’agit de poursuivre dans la voie de ce qui s’est ouvert, au-delà des courants d’interprétation divers autour de l’accord de Ouagadougou et de ce qu’il faut en penser, tout en sachant qu’il faut de toute façon s’y tenir désormais jusqu’à nouvelle étape.




<h2 style="margin-top:10px;">Trackbacks</h2> <div id="trackbacks"> Pour faire un trackback sur ce billet : http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=249751</div> <h2>Commentaires</h2> <div id="commentaires"> Aucun commentaire pour le moment. </div> <h2>Ajouter un commentaire</h2> <div id="commentaires"> <form action="http://delugio.zeblog.com/blog/post_comment.php" method="POST" name="info"> Nom ou pseudo :<br /> <input type="text" name="nickname" value=""><br /><br /> Email (facultatif) :<br /> <input type="text" name="mail" value=""><br /><br /> Site Web (facultatif) :<br /> <input type="text" name="site" value="http://"><br /><br /> Commentaire :<br /> <textarea rows="7" cols="35" name="contents"></textarea><br /><br /> <script type="text/javascript" src="http://www.google.com/recaptcha/api/challenge?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9"></script> <noscript> <iframe src="http://www.google.com/recaptcha/api/noscript?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9" height="300" width="500" frameborder="0"></iframe><br/> <textarea name="recaptcha_challenge_field" rows="3" cols="40"></textarea> <input type="hidden" name="recaptcha_response_field" value="manual_challenge"/> </noscript> <input type='submit' class='button' value='Envoyer'>&nbsp; <input type='hidden' name='task' value='dopost'> <input type='hidden' name='u' value='delugio'> <input type='hidden' name='e_id' value='249751'> <input type='hidden' name='titre' value='La crise au ‘Courrier d’Abidjan’ et les attaques contre Mamadou Koulibaly'> <input type='hidden' name='IP' value='54.198.148.176'> <input type='hidden' name='temps_secs' value='C7/<%0A-F' /> </form> </div>
Copyright © «Une vingtaine» ! - Blog créé avec ZeBlog