<link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://delugio.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

«Une vingtaine» !

http://delugio.zeblog.com/

«Le ministère français de la Défense a estimé mardi 30 novembre 2004 à "une vingtaine" le nombre d’Ivoiriens tués par l’armée française»!

* * * * * * * * * * * * * * * *


Événements en Côte d'Ivoire. Essais de mise en perspective...

 DeLugio


Index



Suite...


Voir aussi :
"Une vingtaine" ! (environ)
"Une vingtaine" !... et quelques
"Une bourriche"
"Bis repetita"

Éléments d'histoire & autres considérations :
Une autre histoire...


* * * * * * * * * * * * * * * *

« Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur »


« Le mensonge se lève
très tôt mais la vérité
finit par le rattraper »


* * * * * * * * * * * * * * * *

Liens

Catégories

Blog

À consulter :

Billets

Pages

<h3>Calendrier</h3> <table class="calendrier"> <caption class="calendrier-mois"><span class="calendrier-prec"><a href="http://delugio.zeblog.com/2017/4">«</a></span>&nbsp;<a href="http://delugio.zeblog.com/2017/5">Mai&nbsp;2017</a></caption> <tr><th abbr="Lundi">Lun</th><th abbr="Mardi">Mar</th><th abbr="Mercredi">Mer</th><th abbr="Jeudi">Jeu</th><th abbr="Vendredi">Ven</th><th abbr="Samedi">Sam</th><th abbr="Dimanche">Dim</th></tr> <tr><td>1</td><td>2</td><td>3</td><td>4</td><td>5</td><td>6</td><td>7</td></tr> <tr><td>8</td><td>9</td><td>10</td><td>11</td><td>12</td><td>13</td><td>14</td></tr> <tr><td>15</td><td>16</td><td>17</td><td>18</td><td>19</td><td>20</td><td>21</td></tr> <tr><td>22</td><td>23</td><td>24</td><td>25</td><td>26</td><td>27</td><td>28</td></tr> <tr><td>29</td><td>30</td><td>31</td><td colspan="4">&nbsp;</td></tr> </table>

Rechercher

Rechercher dans tout 'Une vingtaine'

Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien
«Une vingtaine» !

Page précédente / Page suivante

<a name='e78690'></a>

Crise des déchets toxiques : le piège?

Par Delugio :: dimanche 10 septembre 2006 à 9:01 :: Articles de presse




À côté de lectures comme celle, par ex., de Paul D. Tayoro, qui écrit  dans Notre Voie  : "Une seule chose n'avait pas été prévue : l'honnêteté du Premier ministre Charles Konan Banny, qui, devant l'ampleur de la catastrophe et la preuve du laxisme coupable du gouvernement, a choisi de démissionner. Le bloc rebelle et ses commanditaires sont pris de court" ; à côte de ce type de lectures qui apprécie comme positif le geste de Banny de remettre sa démission, un autre type de lectures, comme, par ex. celle de Sylvie Kouamé, dans l'analyse ci-dessous :



Le Courrier d’AbidjanParution N° 811 du Samedi 9 Septembre 2006 http://www.lecourrierdabidjan.info/page_article.php?id=14796 :

«
Laser - Crise des déchets toxiques : le gros piège !
»

par Sylvie Kouamé :

«Analyse – La démission collective du gouvernement annoncée par Charles Konan Banny risque de tourner au cauchemar. Face à la plus grosse crise écologique de son histoire, la Côte d’Ivoire n’a plus d’équipe gouvernementale, mais des ex-ministres gérant les affaires courantes. Si Banny se plie aux caprices du RHDP, on va vers une aggravation du syndrome de «l’ingouvernabilité» de la Côte d’Ivoire.



Le mélange d’euphorie et de consternation consécutif à l’annonce de la décision du Premier ministre Charles Konan Banny de présenter la démission de son gouvernement au président Laurent Gbagbo est passé. La Côte d’Ivoire retourne à ses petites médiocrités ordinaires. La politique politicienne reprend ses droits, comme dans une sorte de théâtre d’ombres se jouant comme si de rien n’était dans un décor en pleine décomposition.
Cela fait déjà plus de 48 heures que le Premier ministre a «autodétruit» l’équipe qui jusqu’ici travaillait sous sa conduite et a reçu instruction du président de la République de former un nouveau gouvernement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la manière dont les choses se déroulent n’augure de rien de bon.

Un pays embourbé dans une crise humanitaire… sans gouvernement !

Si Banny avait l’intention de continuer à se soumettre à la dictature des partis politiques héritée des accords de Linas-Marcoussis (que la Résolution 1633 avait tenté d’atténuer en affirmant qu’il avait «pleine autorité» sur son équipe et pouvait donc limoger certains ministres), il aurait dû tout simplement limoger les ministres directement concernés par le scandale, demander à leurs partis de désigner leurs remplaçants. En cas de refus de ces partis, il aurait pu nommer des intérimaires. Le problème serait moins lourd à gérer que de nouvelles négociations pinailleuses avec les rebelles, le PDCI, l’UDPCI, le FPI, le MFA, l’UDCY, le PIT, etc…
La décision de Banny de présenter la démission de son gouvernement et de ne rien lui substituer assez rapidement s’apparente à de l’irresponsabilité. Nous voici donc dans un pays en pleine crise humanitaire, qui fait appel à la communauté internationale pour l’aider… et qui ne dispose même pas de gouvernement pour faire face au sinistre.
Certes, les ministres de la précédente équipe sont censés gérer les affaires courantes. Mais la responsabilité de prendre des décisions importantes pour juguler une crise d’une ampleur inédite dépasse, à n’en point douter, le simple cadre des «affaires courantes». Et l’on est assez stupéfait de se rendre compte que ce sont les membres du gouvernement démissionnaire qui, au quotidien, gèrent la crise sans la moindre clarification. Un flou artistique dangereux et encore plus déresponsabilisant pour certains ministres que le sens de l’Etat n’étouffait déjà pas, de toute façon. L’heure n’est pas aux contorsions politiciennes ! Banny doit nommer de toute urgence une nouvelle équipe avec des personnes «vierges» dans les ministères où il y a eu faute, pour créer la nécessaire confiance entre le gouvernement et les populations et booster la procédure d’urgence visant à circonscrire les dégâts et à réparer le sinistre.

Le piège d’un affaiblissement encore plus grand de l’Etat

Le G 5 (selon l’appellation que le bloc rebelle se donne lui-même, après avoir liquidé les différentes succursales du MPCI, le MJP et le MPIGO) aurait pu profiter de cette crise pour prendre de la hauteur et s’humaniser quelque peu. Mais il s’est engagé dans une étrange opération de défiance envers le président de la République et le Premier ministre. L’opposition politico-militaire applique à Banny la stratégie qu’elle avait essayé avec Mbeki : elle prend acte de sa prétendue «démission» et demande à la communauté internationale un nouveau Premier ministre.
Pendant ce temps, la France officielle, de plus en plus soucieuse, essaie de tenir le «Primus» à la ceinture à travers la ministre de la Coopération, Brigitte Girardin, qui a quasiment élu domicile à Abidjan et la cellule africaine de l’Elysée, qui téléphone sans arrêt. Paris a deux fers au feu : se rallier au G7 en soutenant progressivement la campagne anti-Banny si ce dernier continue de faire tandem avec «le grand méchant Gbagbo», ou le ramener sur la bonne voie en prêchant la bonne nouvelle des liens indéfectibles de la Françafrique.
Dans ce contexte fait d’intrigues et se drapant derrière les bons sentiments de l’humanitaire, la réunion d’évaluation de New York risque d’arriver alors que la Côte d’Ivoire, sans équipe dirigeante, aura atteint le «seuil d’ingouvernabilité» ! Une aubaine pour les partisans de la mise sous tutelle du pays.

Une pseudo-démission collective pour solde de tout compte ?

Et si le Premier ministre, désireux de s’extraire du discrédit qui avait frappé son gouvernement, avait imaginé un tour de passe-passe formidable pour se blanchir à peu de frais ? En effet, l’annonce spectaculaire de la démission du gouvernement reste purement rhétorique – les ministres incriminés restent en place et peuvent même utiliser le temps qu’on leur donne en sus pour détruire un certain nombre de documents compromettants. Aucun responsable de premier plan n’a encore été directement incriminé, par la police, la justice ou le gouvernement – même si l’on peut noter que le président Gbagbo a saisi personnellement le procureur de la République avant-hier «spécialement à l’effet de diligenter une enquête exhaustive dans les plus brefs délais, de saisir les tribunaux et de me tenir régulièrement et personnellement informé».
N’empêche, on fait du surplace. La routine ivoirienne, faite d’impunité et des caprices incessants d’états-majors politiques indignes, a recommencé.
Le Premier ministre Charles Konan Banny doit terminer ce qu’il a commencé. S’il ne le fait pas, le président élu par les Ivoiriens doit l’y contraindre. Sinon, il serait responsable du chaos qui ne tardera pas à (re)prendre le dessus.»




<h2 style="margin-top:10px;">Trackbacks</h2> <div id="trackbacks"> Pour faire un trackback sur ce billet : http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=78690</div> <h2>Commentaires</h2> <div id="commentaires"> Aucun commentaire pour le moment. </div> <h2>Ajouter un commentaire</h2> <div id="commentaires"> <form action="http://delugio.zeblog.com/blog/post_comment.php" method="POST" name="info"> Nom ou pseudo :<br /> <input type="text" name="nickname" value=""><br /><br /> Email (facultatif) :<br /> <input type="text" name="mail" value=""><br /><br /> Site Web (facultatif) :<br /> <input type="text" name="site" value="http://"><br /><br /> Commentaire :<br /> <textarea rows="7" cols="35" name="contents"></textarea><br /><br /> <script type="text/javascript" src="http://www.google.com/recaptcha/api/challenge?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9"></script> <noscript> <iframe src="http://www.google.com/recaptcha/api/noscript?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9" height="300" width="500" frameborder="0"></iframe><br/> <textarea name="recaptcha_challenge_field" rows="3" cols="40"></textarea> <input type="hidden" name="recaptcha_response_field" value="manual_challenge"/> </noscript> <input type='submit' class='button' value='Envoyer'>&nbsp; <input type='hidden' name='task' value='dopost'> <input type='hidden' name='u' value='delugio'> <input type='hidden' name='e_id' value='78690'> <input type='hidden' name='titre' value='Crise des déchets toxiques : le piège?'> <input type='hidden' name='IP' value='54.166.216.223'> <input type='hidden' name='temps_secs' value='C7,;&.@3F' /> </form> </div>
Copyright © «Une vingtaine» ! - Blog créé avec ZeBlog