<link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://delugio.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

«Une vingtaine» !

http://delugio.zeblog.com/

«Le ministère français de la Défense a estimé mardi 30 novembre 2004 à "une vingtaine" le nombre d’Ivoiriens tués par l’armée française»!

* * * * * * * * * * * * * * * *


Événements en Côte d'Ivoire. Essais de mise en perspective...

 DeLugio


Index



Suite...


Voir aussi :
"Une vingtaine" ! (environ)
"Une vingtaine" !... et quelques
"Une bourriche"
"Bis repetita"

Éléments d'histoire & autres considérations :
Une autre histoire...


* * * * * * * * * * * * * * * *

« Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur »


« Le mensonge se lève
très tôt mais la vérité
finit par le rattraper »


* * * * * * * * * * * * * * * *

Liens

Catégories

Blog

À consulter :

Billets

Pages

<h3>Calendrier</h3> <table class="calendrier"> <caption class="calendrier-mois"><span class="calendrier-prec"><a href="http://delugio.zeblog.com/2017/9">«</a></span>&nbsp;<a href="http://delugio.zeblog.com/2017/10">Octobre&nbsp;2017</a></caption> <tr><th abbr="Lundi">Lun</th><th abbr="Mardi">Mar</th><th abbr="Mercredi">Mer</th><th abbr="Jeudi">Jeu</th><th abbr="Vendredi">Ven</th><th abbr="Samedi">Sam</th><th abbr="Dimanche">Dim</th></tr> <tr><td colspan="6">&nbsp;</td><td>1</td></tr> <tr><td>2</td><td>3</td><td>4</td><td>5</td><td>6</td><td>7</td><td>8</td></tr> <tr><td>9</td><td>10</td><td>11</td><td>12</td><td>13</td><td>14</td><td>15</td></tr> <tr><td>16</td><td>17</td><td>18</td><td>19</td><td>20</td><td>21</td><td>22</td></tr> <tr><td>23</td><td>24</td><td>25</td><td>26</td><td>27</td><td>28</td><td>29</td></tr> <tr><td>30</td><td>31</td><td colspan="5">&nbsp;</td></tr> </table>

Rechercher

Rechercher dans tout 'Une vingtaine'

Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien
«Une vingtaine» !

Page précédente / Page suivante

<a name='e80076'></a>

Déchets toxiques — Après des semaines d’embarras, la presse française a trouvé un biais pour lever son silence

Par Delugio :: jeudi 14 septembre 2006 à 11:51 :: Analyses & commentaires




Ce matin (14.09.06), Libération met la pollution des déchets toxiques à Abidjan à profit pour passer à l’attaque contre la Côte d’Ivoire. Il y avait urgence : les échéances onusiennes approchent. Mais on ne voyait pas comment utiliser la catastrophe pour salir les patriotes.

Libération a trouvé ! La matière du dossier qu’il nous assène aujourd’hui provient d’un article du journal ivoirien d’opposition Le Jour qui lance le 11 septembre dernier, à titre de scoop, une Une provocatrice nommant Mme Gbagbo. Manifestement à Libération, on a lu Le Jour, qui lui, depuis, a discrètement reculé sans s’en donner l’air
(
http://news.abidjan.net/article/?n=212439) — sa Une ayant décidément trop prêté le flanc à l’attaque en diffamation. L’article du Jour, lui, allait bien moins loin que son titre (http://news.abidjan.net/article/?n=212001).

Résumé des faits, qui, après avoir été derrière l’article du Jour, sont derrière le dossier de Libération : un ministre de la mouvance de l’opposition politico-rebelle et françafricaine (ça, Libération ne le dit à aucun moment de son dossier), le ministre des transports Anaky Kobena, décide de créer une société d’affrétage — Tommy — en juillet 2006. Le Président de la République est renseigné sur cela de la part du directeur du port autonome d’Abidjan et du gouverneur d’Abidjan, via son épouse — semble-t-il. Il n’a aucune raison de s’opposer au projet de Kobena, non plus que de s’opposer par la suite à la mise en œuvre de son premier contrat significatif, la réception de la cargaison du Probo Koala.

C’est cela qui est rapporté dans les colonnes du Jour (11.09.06) en ces termes : «
participation de la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo aux débuts des opérations avec son concours pour la formation de la société Compagnie Tommy. En complicité avec le DG du Port Autonome d’Abidjan Marcel Gossio et le Gouverneur du District d’Abidjan Djédji Amondji Pierre.»

N’était le vocabulaire choisi — comme, notamment, «en complicité» — qui invite naturellement à la suspicion, rien d’extraordinaire à la nouvelle : une autorisation pour la création d'une société. Mais Le Jour se permet pour cela sa Une du 11.09.06 : «Mme Gbagbo au cœur du scandale» !

Ce qu’un peu de bonne foi est porté à considérer comme frisant — au minimum — le diffamatoire. Les tribunaux sont naturellement fondés à inquiéter le journal !

Le Jour passe au stade du recul stratégique (le 13.09.06) sans avoir l’air d’y toucher, et en se donnant même, toujours en Une, l’air de contre-attaquer à ce saisissement de la justice. Le Jour semble adopter la même stratégie que Le Monde face à la justice française dans l’affaire des «escadrons de la mort» : si la Une est provocante, le contenu ne dit pas grand chose. On sait que cette stratégie a échoué pour Le Monde qui a perdu ses procès contre le couple Gbagbo : même si les articles sont plus nuancés que la Une, on n’a pas le droit de diffamer en Une pour «nuancer» après !

Même si le titre du Jour ne dit pas la part de Mme Gbagbo dans le scandale — et pour cause s’il ne s’agit que de ne pas faire obstacle à ce qu’un ministre crée une société d’affrétage — et même si le contenu de l’article ainsi annoncé est insignifiant, le mal est fait.

Et Le Jour a beau reculer deux jours après, dans des rodomontades apparentes, parlant désormais d’ «article litigieux {…} dénonçant certaines légèretés dans la gestion du dossier», et en rajouter dans le recul en précisant : «Le Jour plus a publié lundi dans ses colonnes un article, non pas accusateur, mais dénonçant la mauvaise information du chef de l’Etat» — Le Jour a beau reculer de la sorte, le mal est fait, selon le principe qui a si bien joué dans les escadrons de la mort, le charnier de Yopougon, etc., principe dont la paternité est attribuée au ministre de la propagande de Hitler, Goebbels : «calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose».

C’est ainsi que cette «participation de la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo aux débuts des opérations avec son concours pour la formation de la société Compagnie Tommy {…} en complicité avec le DG du Port Autonome d’Abidjan Marcel Gossio», devient dans les colonnes de Libération : «
Gossio est partie prenante avec l'épouse du Président, Simone, dans la société écran — Tommy».

Le propos est attribué, via interview, à un «spécialiste» de la Côte d’Ivoire (Christian Bouquet
— qui manifestement a lu Le Jour) — http://www.liberation.fr/actualite/monde/204344.FR.php. Du Jour à Libération, on a glissé carrément du soupçon insinué depuis une autorisation non-refusée à une prise de partie à une société écran ! À l’appui du «spécialiste» et du titre donné à son interview par Judith Rueff : «Le port d'Abidjan est une pompe à finances pour le régime» (extrait d’un autre propos du «spécialiste») — le lecteur ne manquera pas d’entendre : «la société écran Tommy» est une création de Mme Gbagbo !!!

Et on est naturellement fondé à se demander si ce n’est pas le but recherché, puisque le fondateur de ladite société, le ministre des transports et chef du MFA, parti de la coalition d’opposition politico-rebelle et françafricaine, Anaky Kobena, n’est jamais nommé dans tout le dossier de Libération !

Ou plutôt — que le lecteur se tienne bien —, la seule fois où il pointe son nez dans ce dossier c’est de la sorte — http://www.liberation.fr/actualite/monde/204356.FR.php  : «Le ministre des Transports accuse le gouverneur de la ville, Pierre Amondji, un fidèle parmi les fidèles du chef de l'Etat, d'être complice des pollueurs. Ses services ont ouvert cette nuit-là la principale décharge d'Akouédo aux camions-citernes de la société Tommy. D'autres noms circulent dans la presse : Marcel Gossio, le directeur général du port autonome d'Abidjan, considéré comme l'un des financiers du pouvoir ; le patron de la douane, le colonel major Gnamien Konan, un autre homme de confiance de Gbagbo».

Bref voilà un Innocent — c’est le prénom d’Anaky Kobena, ministre des transport et créateur de la société Tommy pour laquelle création il ne s’est pas vu opposer d’obstacle par les proches de Gbagbo énumérés ici comme dans un chapelet.  Voilà un Innocent dont les accusations qu’il a lancées contre ceux, proches de Gabgbo, qui n’ont pas eu le flair de faire obstacle à son projet, deviennent les éléments-clés du réquisitoire anti-Gbagbo de Libération.

— Quand l’éditorial de Libération a précisé qu’ «il faudra que toute la lumière soit faite, et que, à affaire exemplaire, il y ait aussi châtiment exemplaire, même s'il est politiquement explosif, comme cela pourrait être le cas à Abidjan», sous-entendant : «suivez mon regard» ! (
http://www.liberation.fr/actualite/monde/204355.FR.php) ;

— Quand le «spécialiste» convoqué, à la question inévitable de Judith Rueff «Le scandale éclabousse-t-il le Président ?» a répondu : «Laurent Gbagbo, une fois de plus, a su transformer l'affaire en coup politique, en démissionnant en bloc le gouvernement du Premier ministre Charles Konan Banny. Ce qui va lui permettre une nouvelle fois de repousser les échéances, alors que l'ONU examine dans quelques jours la question du désarmement et de l'identification des électeurs, et que son mandat expire en principe fin octobre»…

On connaît, si l’on avait encore des doutes, le propos qui est derrière ce dossier : ruiner le plus possible, à coup de conditionnels, qui seraient insoutenables à l’indicatif, et de contre-vérités, le crédit de Gbagbo en vue des échéances onusiennes d’octobre.

Cela tandis que — ça c’est habituel dans la presse française — la charge de nous expliquer les conséquences politiques de l’affaire est confiée à… Alassane Ouattara ! Lequel, naturellement, a confirmé par avance les dires du «spécialiste» pour lequel, on vient de le lire, en substance, «Gbagbo a démissionné le gouvernement Banny» ! — démission que Ouattara a, on s’en souvient, et Libération le répète, qualifiée de «non-événement». 


Et le «spécialiste» vient de nous redire encore quasi explicitement ce qu’on nous rabâche depuis des mois, à savoir que c’est Gbagbo qui souhaite repousser les élections — et qu’importe si il les remporterait haut la main ! : il est comme ça, mauvaise tête !

C’est ainsi que le fait persistant que l’opposition françafricaine continue de refuser de désarmer ; le fait qu’elle n’entend pas que l’identification se fasse en présence des autorités préfectorales, mais sous la seule garantie des kalachnikovs (c’est que Chirac a bien expliqué qu’il faut confectionner de nouvelles listes électorales) ; tout cela est passé par pertes et profits : c’est Gbagbo qui bloque : qu’on le fasse savoir à l’Onu ; en n’oubliant pas de préciser qu’on a nommé ses proches dans
Le Jour
et Libération concernant le pollution !


C’est ainsi que la presse pro-française en Côte d’Ivoire et la presse française, ce serpent qui se mord le queue, donnent dans l’ «objectivité», Libération amplifiant Le Jour qui s’autoproclame dans ses colonnes «journal indépendant». Indépendant de quoi ? «Indépendant» comme l’est Libération ?

Libération s’est bien donné le beau rôle, avec une ou deux dénonciations vertueuses et théoriques à tonalité écologique contre les pollueurs du nord des pays du sud. Ça ne mange pas de pain. (
http://www.liberation.fr/actualite/monde/204350.FR.php ;
http://www.liberation.fr/actualite/monde/204354.FR.php)

Libération nous a bien dit —
http://www.liberation.fr/actualite/monde/204345.FR.php : «Trafigura, qui n'en est pas à ses premiers déboires avec la justice, tente de limiter les dégâts de cette nouvelle affaire sur son image. Une autre enquête est en cours, aux Pays-Bas, sur les opérations du groupe de négoce dans le cadre du scandale provoqué par le programme des Nations unies «Pétrole contre nourriture» en Irak. Des cargaisons illégales de pétrole irakien, acheminées par plusieurs intermédiaires, parmi lesquels Trafigura, ont en effet servi à financer l'armement du régime de Saddam Hussein.»

Mais Libération s’est bien gardé d’entrer dans certaines proximités du pouvoir français dans Trafigura (cf. 
http://www.lecourrierdabidjan.info/page_article.php?id=14764 ;
http://www.lecourrierdabidjan.info/page_article.php?id=14845).
Proximités autrement compromettantes, celles-là, que celles des «proches du pouvoir ivoirien» que Le Jour n’accuse plus à présent que d’avoir manqué de vigilance !





<h2 style="margin-top:10px;">Trackbacks</h2> <div id="trackbacks"> Pour faire un trackback sur ce billet : http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=80076</div> <h2>Commentaires</h2> <div id="commentaires"> Aucun commentaire pour le moment. </div> <h2>Ajouter un commentaire</h2> <div id="commentaires"> <form action="http://delugio.zeblog.com/blog/post_comment.php" method="POST" name="info"> Nom ou pseudo :<br /> <input type="text" name="nickname" value=""><br /><br /> Email (facultatif) :<br /> <input type="text" name="mail" value=""><br /><br /> Site Web (facultatif) :<br /> <input type="text" name="site" value="http://"><br /><br /> Commentaire :<br /> <textarea rows="7" cols="35" name="contents"></textarea><br /><br /> <script type="text/javascript" src="http://www.google.com/recaptcha/api/challenge?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9"></script> <noscript> <iframe src="http://www.google.com/recaptcha/api/noscript?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9" height="300" width="500" frameborder="0"></iframe><br/> <textarea name="recaptcha_challenge_field" rows="3" cols="40"></textarea> <input type="hidden" name="recaptcha_response_field" value="manual_challenge"/> </noscript> <input type='submit' class='button' value='Envoyer'>&nbsp; <input type='hidden' name='task' value='dopost'> <input type='hidden' name='u' value='delugio'> <input type='hidden' name='e_id' value='80076'> <input type='hidden' name='titre' value='Déchets toxiques — Après des semaines d’embarras, la presse française a trouvé un biais pour lever son silence'> <input type='hidden' name='IP' value='54.162.152.232'> <input type='hidden' name='temps_secs' value='D./;*4A.F' /> </form> </div>
Copyright © «Une vingtaine» ! - Blog créé avec ZeBlog