<link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://delugio.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

«Une vingtaine» !

http://delugio.zeblog.com/

«Le ministère français de la Défense a estimé mardi 30 novembre 2004 à "une vingtaine" le nombre d’Ivoiriens tués par l’armée française»!

* * * * * * * * * * * * * * * *


Événements en Côte d'Ivoire. Essais de mise en perspective...

 DeLugio


Index



Suite...


Voir aussi :
"Une vingtaine" ! (environ)
"Une vingtaine" !... et quelques
"Une bourriche"
"Bis repetita"

Éléments d'histoire & autres considérations :
Une autre histoire...


* * * * * * * * * * * * * * * *

« Tant que les lions n'auront pas d'historiens, les histoires de chasse tourneront à la gloire du chasseur »


« Le mensonge se lève
très tôt mais la vérité
finit par le rattraper »


* * * * * * * * * * * * * * * *

Liens

Catégories

Blog

À consulter :

Billets

Pages

<h3>Calendrier</h3> <table class="calendrier"> <caption class="calendrier-mois"><span class="calendrier-prec"><a href="http://delugio.zeblog.com/2017/4">«</a></span>&nbsp;<a href="http://delugio.zeblog.com/2017/5">Mai&nbsp;2017</a></caption> <tr><th abbr="Lundi">Lun</th><th abbr="Mardi">Mar</th><th abbr="Mercredi">Mer</th><th abbr="Jeudi">Jeu</th><th abbr="Vendredi">Ven</th><th abbr="Samedi">Sam</th><th abbr="Dimanche">Dim</th></tr> <tr><td>1</td><td>2</td><td>3</td><td>4</td><td>5</td><td>6</td><td>7</td></tr> <tr><td>8</td><td>9</td><td>10</td><td>11</td><td>12</td><td>13</td><td>14</td></tr> <tr><td>15</td><td>16</td><td>17</td><td>18</td><td>19</td><td>20</td><td>21</td></tr> <tr><td>22</td><td>23</td><td>24</td><td>25</td><td>26</td><td>27</td><td>28</td></tr> <tr><td>29</td><td>30</td><td>31</td><td colspan="4">&nbsp;</td></tr> </table>

Rechercher

Rechercher dans tout 'Une vingtaine'

Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien
«Une vingtaine» !

Page précédente / Page suivante

<a name='e81843'></a>

Pollution des déchets toxiques : vers un premier bilan ?

Par Delugio :: lundi 18 septembre 2006 à 21:31 :: Analyses & commentaires




Voilà un navire-poubelle européen, impliquant des noms déjà en cause dans les affaires à scandales comme «pétrole contre nourriture», qui trouve à larguer ses déchets toxiques à bon prix dans un pays abîmé par la guerre et la corruption, via les bons offices d’un ministre des Transports à son poste du fait de cette guerre.

Rien à tirer politiquement de tout cela, apparemment, pour la guerre en cours, dans un premier temps… Silence total des médias français, alors que l'affaire agite la presse ivoirienne. Premiers à rompre ce silence, les médias français en Afrique, pour s’étonner de ce que les populations victimes ne manifestent pas plus — et pas contre la République. L’exploitation politique de l’affaire pour la guerre en cours a commencé.

Jusque là, le silence se maintient globalement dans l’hexagone — jusqu’à la démission du gouvernement Banny : à ce point le silence devient difficile à maintenir, d’autant plus que ce gouvernement a largement à voir avec la volonté de Paris. Mais à ce point, toujours pas grand chose à tirer politiquement de la catastrophe écologique. Jusqu’à ce que Libération, inspiré par le journal ivoirien d’opposition politico-rebelle Le Jour, trouve un biais d’attaque des patriotes. Une gageure, dans la mesure où ils ne sont évidemment pas en cause. Mais là où la presse rebelle ivoirienne ne fait que guerre psychologique, la presse française peut compter sur l’ignorance du public français, déjà bien entretenue par des années de désinformation : c’est ainsi que le dossier de Libération parvient à occulter totalement le nom et l’appartenance politico-rebelle du principal responsable ivoirien ! — ou plutôt, sans doute, du principal instrument — via le goût du lucre (d’un pauvre lucre) — des desseins bien plus lucratifs de Trafigura. C’est le deuxième lieu d’exploitation politique de la pollution dans la crise actuelle.


À quoi s’ajoute la dimension de guerre psychologique par la dramatisation à outrance d’un drame déjà tragique (nombreux morts et intoxiqués) — dramatisation à outrance par la presse de l’opposition politico-rebelle ivoirienne allant jusqu’à parler de déchets nucléaires portant effets à long terme — ce qui rejoint le premier type d’exploitation, celui de la presse française en Afrique, visant à susciter des émeutes. Où l’ambassadeur de France fait ce qui peut s’apparenter à une gaffe médiatique, en apparaissant en photo sur les lieux pollués sans masque…

À ce point une autre exploitation psychologique apparaît, celle qui est liée à la légèreté des ivoiriens instrumentalisés par Trafigura, qui ont simplement répandu les déchets dans les décharges de la ville — où il est vraisemblable que le déversement ait continué même après qu’il y ait eu les premières victimes : l’effet déstabilisateur s’étant déjà fait jour.

Puis l’usage économique de la dramatisation à outrance est entré en jeu : disqualifier la qualité sanitaire des produits alimentaires ivoiriens en portant la suspicion sur la chaîne alimentaire, avec effet immédiat sur l’économie, et à terme, un deuxième effet économique, accentuer le débouché ivoirien des produits européens de surplus et de mauvaise qualité.

Où, au cœur de tout cela, l’usage des déchets s’est avéré relever finalement d’un type nouveau et particulier de guerre… chimique — visant à démoraliser une population.

Et à ce point, c’est la réflexion de Sylvie Kouamé dans l’article ci-dessous, on est fondé à se demander, sachant la coïncidence chronologique avec les échéances onusiennes — à quoi s’ajoutent les violences policières gratuites de début septembre contre les étudiants, vivier des patriotes — si ce déversement de déchets à ce moment et à ces endroits relève bien du hasard…

Quand, par-dessus le marché, venaient d’être révélés et la manipulation que fut le charnier de Youpougon et le vrai scandale du trafic de cacao franco-rebelle — voilà une pollution qui tombe décidément en temps bien opportun…



L’article de Sylvie Kouamé :


Le Courrier d’AbidjanParution N° 817 du Samedi 16 Septembre 2006 http://www.lecourrierdabidjan.info/page_article.php?id=14913 :

«Laser - En plein dans la guerre chimique !

Analyse – Le scénario est trop parfait pour être le fruit du hasard. Avec les derniers développements de l’affaire des déchets toxiques, il est désormais évident que la Côte d’Ivoire fait face à une véritable guerre chimique. Dont les stratèges observent, masqués, le déroulement.

Ceux qui pensaient que la crise ivoirienne avait déjà montré toutes ses facettes et ne pouvait plus que reproduire des figures déjà connues en ont pour leur grade. Ceux qui estimaient que l’on avait déjà touché le fond et que l’on ne pouvait plus descendre plus bas, sont obligés de se raviser.
La Côte d’Ivoire vit ses moments les plus complexes depuis le 19 septembre 2002. Encore plus difficiles que ceux de novembre 2004 qui, au moins, donnaient de la visibilité à l’affrontement. Aujourd’hui, les choses sont plus sournoises, l’adversité diffuse et perfide et pourtant bien déterminée à enfin prendre le dessus y compris en causant la mort de milliers de personnes.
Certes, une certaine omerta règne sur le rythme des déversements des déchets toxiques à Abidjan. Les sources officielles ne confirment pas la thèse des disséminations dans la nuit d’avant-hier à hier, et pensent plutôt que c’est la pluie qui a répandu les odeurs et provoqué la sortie des égouts d’une partie du liquide de la mort, désormais à l’air libre – donc plus dangereux.
Il est de toute façon évident que le produit mortel a été disséminé bien après les premières morts enregistrées. Ils savent donc ! Ceux qui sèment la mort le font sciemment ! Ils ont décidé de manière consciente de tuer des dizaines d’Ivoiriens. Mais leur dessein le plus certain est de rendre malade, courbatue, irritée, quasiment toute la population abidjanaise, notamment celle du quartier chic de Cocody, où réside le président de la République.
Que veulent-ils faire ? Prendre aujourd’hui au sérieux l’hypothèse de la guerre chimique, organisée pour décourager, distraire et démobiliser la Résistance ivoirienne au moment où Paris veut passer à la phase supérieure n’est pas de la paranoïa. Estimer que le désastre auquel on assiste est le décor général construit par ceux qui veulent plus que jamais décrire la Côte d’Ivoire en «failed state» (Etat raté prêt pour la recolonisation) n’est pas une vue de l’esprit. Un jour, l’on se rendra compte que la descente des élèves-policiers sur le campus et l’affaire des déchets toxiques faisaient partie d’un vaste plan d’ensemble dont les exécutants, tout à leurs passions pécuniaires et à leurs petites rivalités mesquines, n’ont été que des «idiots utiles» à peine informés du plan d’ensemble. En tout cas, si tous ces faits mis bout à bout relèvent de la coïncidence, c’est inespéré pour le bloc rebelle et surtout la France de Jacques Chirac, désormais directement à la manœuvre !
«La meilleure défense, c’est l’attaque» : cette règle de la stratégie, qui vaut encore plus quand l’on ne dispose pas, en termes de puissance massive, des mêmes atouts que l’adversaire, a toujours été négligée par les «grands chefs» de la Résistance ivoirienne. Ils sont désormais encerclés, et ne peuvent plus compter que sur le secours de la Providence pour combattre à leurs côtés dans les moments difficiles qui s’annoncent !»




<h2 style="margin-top:10px;">Trackbacks</h2> <div id="trackbacks"> Pour faire un trackback sur ce billet : http://delugio.zeblog.com/trackback.php?e_id=81843</div> <h2>Commentaires</h2> <div id="commentaires"> Aucun commentaire pour le moment. </div> <h2>Ajouter un commentaire</h2> <div id="commentaires"> <form action="http://delugio.zeblog.com/blog/post_comment.php" method="POST" name="info"> Nom ou pseudo :<br /> <input type="text" name="nickname" value=""><br /><br /> Email (facultatif) :<br /> <input type="text" name="mail" value=""><br /><br /> Site Web (facultatif) :<br /> <input type="text" name="site" value="http://"><br /><br /> Commentaire :<br /> <textarea rows="7" cols="35" name="contents"></textarea><br /><br /> <script type="text/javascript" src="http://www.google.com/recaptcha/api/challenge?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9"></script> <noscript> <iframe src="http://www.google.com/recaptcha/api/noscript?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9" height="300" width="500" frameborder="0"></iframe><br/> <textarea name="recaptcha_challenge_field" rows="3" cols="40"></textarea> <input type="hidden" name="recaptcha_response_field" value="manual_challenge"/> </noscript> <input type='submit' class='button' value='Envoyer'>&nbsp; <input type='hidden' name='task' value='dopost'> <input type='hidden' name='u' value='delugio'> <input type='hidden' name='e_id' value='81843'> <input type='hidden' name='titre' value='Pollution des déchets toxiques : vers un premier bilan ?'> <input type='hidden' name='IP' value='54.162.109.90'> <input type='hidden' name='temps_secs' value='C7,>-5A1G' /> </form> </div>
Copyright © «Une vingtaine» ! - Blog créé avec ZeBlog